En-tête

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte. Je suis un endroit ou vous pouvez raconter votre histoire et vos visiteurs peuvent savoir un peu plus sur vous.

Les effets de la pratique du KARATE

Karaté et santé

 

Quels sont les bénéfices pour la santé liés à la pratique du karaté en général ?

Le karaté peut être très bénéfique pour la santé si sa pratique est adaptée. De manière générale, le karaté va faire appel à la coordination et l'équilibre. Selon l'âge, la pratique du karaté va apporter des bienfaits spécifiques. Chez l'enfant, il permet le travail de la latéralisation et de la précision des gestes. Le travail à deux ou en groupe lors des entraînements permet de développer les relations sociales. Chez l'adolescent et le jeune adulte, le karaté peut avoir des vertus éducatives : il permet de canaliser la volonté et l'énergie, tout en apprenant à perdre, à gagner et surtout à respecter les règles du jeu. Vers 30 à 40 ans, il permet un entretien physique. Enfin, lorsqu'on avance en âge, la pratique des katas (forme gymnique du karaté) est quasiment un traitement du vieillissement neurologique et musculaire. Chez les personnes âgées, la pratique du karaté gymnique entretient l'équilibre et la masse musculaire : c'est un moyen de prévention des chutes et par la même des fractures, notamment celle du col du fémur.

 

Les 5 effets bénéfiques de la pratique du karaté

 

1.  Amélioration de la santé cardio-vasculaire:  

Un des bénéfices les plus importants des arts martiaux est une amélioration de votre santé cardiovasculaire.  Votre système cardio-vasculaire est composé de votre cœur, des poumons, ainsi que les veines et les artères qui transportent le sang.  Un système cardio-vasculaire faible peut conduire à l'essoufflement, la faiblesse, la fatigue, et dans les cas graves peut même causer une crise cardiaque.  La recherche a montré que la seule véritable façon d'améliorer l'état du système cardio-vasculaire est de participer à des activités qui mettent l'accent sur le cœur. Pour de meilleurs résultats, essayez d'obtenir au moins 60 minutes 3 fois par semaine de pratique.

  

2.  Perte de poids: 

La perte de poids est un autre grand avantage associé avec les arts martiaux.  Un kilo de graisse est égal à environ 7700 calories.  Par conséquent, pour perdre un kilo de graisse en une semaine, vous devez éliminer 1100 calories de votre alimentation chaque jour.  En participant à une heure d’intensité modérée de karaté, vous pouvez certainement brûler 500 calories.  Vous serez bien sur la bonne voie de la perte de poids. Faites attention à votre alimentation; 75 % de la perte de poids provient de l’alimentation et 25 % de l’exercice.

  

3.  Augmentation du tonus musculaire: 

En participant dans les arts martiaux, vous pouvez améliorer considérablement la quantité de masse musculaire que vous avez dans votre corps. L'augmentation de votre masse musculaire, plus vos besoins métaboliques seront élevés, et par la suite plus de calories que vous brûlez chaque jour, contribuant ainsi à prévenir l'obésité et même conduire à la perte de poids potentielle.  Des niveaux élevés de la masse musculaire conduisent également à une agilité accrue car le karaté sollicite beaucoup tous les muscles posturaux, ce qui vous permettra d’éviter des chutes qui peuvent mener à des fractures si vous êtes âgé.

 

4.  Réflexes améliorés: 

Pour devenir un bon karatéka, vous devez avoir des réflexes rapides.  La recherche a démontré qu'en participant à un art martial, vous améliorez non seulement vos réflexes durant la pratique de l’activité, mais en fait l'amélioration du temps de réaction durant toutes les activités de votre vie.  Ceci est très important dans un certain nombre d'activités quotidiennes, telles que la conduite automobile et même la cuisine.

 

5.  Amélioration de l'humeur : 

Les chercheurs ont constaté que la participation à un programme d'exercice régulier est l'une des meilleures façons d'améliorer votre humeur, votre santé mentale.  Pratiquer le karaté  n'est pas seulement un bon moyen de soulager le stress et la frustration, mais peut réellement aider à vous rendre plus heureux.  Vous allez non seulement ressentir les effets au cours de l'activité, mais aussi durant le reste de la journée.  Les endorphines libérées par l'activité physique seront secrété dans votre corps pour au moins heures après l'exercice. En faisant de l'exercice physique, la fabrication d'endorphines peut être augmentée jusqu'à cinq fois la quantité normale. C'est pourquoi on recommande souvent aux personnes un peu déprimées, aux anciens fumeurs, anciens buveurs et a fortiori aux personnes opioïdo-dépendantes en cours de sevrage de reprendre progressivement une activité physique régulière d'au moins 30 minutes par jour à un rythme soutenu car celle-ci augmente naturellement la production d'endorphines. Cette morphine produite par l'organisme possède une structure moléculaire proche de celle des opiacées.Une fois sécrétée, elle se disperse dans le système nerveux central, les tissus de l'organisme et le sang et produit des effets bénéfiques contre angoisse, anxiété et dépression. L'endorphine est l'hormone du bonheur pour ceux qui font de l'exercice.

 

Quelles sont les contre-indications à la pratique du karaté ?

Il existe deux pratiques différentes au sein du karaté : la pratique en salle et la pratique en compétition. Pour la pratique en salle, les contre-indications sont celles de tout sport. En ce qui concerne la pratique du karaté en compétition, les contre-indications sont plus strictes : par exemple, le fait de ne voir que d'un oeil associé à une mauvaise vue peut interdire l'accès au kumité (combat), à cause de la fréquence des traumatismes faciaux accidentels. Enfin, pour les athlètes de haut niveau, des examens plus poussés sont effectués, afin de déceler notamment les troubles du rythme cardiaque.

 

Quels sont les traumatismes les plus fréquents ?

Pour la pratique des katas, il n'existe quasiment pas de risques de traumatisme, notamment musculaires, à partir du moment où les surfaces utilisées sont stables et de bonne qualité. Lors de combats, 80% des traumatismes concernent la face : lésions au niveau des lèvres, du nez, plus rarement l'oeil ou l'oreille. Ils sont dus à des coups accidentels. Les traumatismes musculaires ne sont pas rares, mais se limitent souvent à des hématomes. Au karaté, il y a très peu d'entorses ou de lésions articulaires au niveau des chevilles, des genoux, des épaules ou du cou. Parfois, il peut y avoir des lésions au niveau de la main : entorses ou fractures des doigts. Chez les personnes pratiquant le karaté depuis 30 ans, il peut exister une fréquence plus importante des arthroses de la hanche, liée au travail sur une seule jambe. Mais les méthodes d'entraînement actuelles sont en train de changer, afin d'éviter ce type de pathologies.

 

Quelles sont les limites d'âge ?

Le karaté est ouvert à tous. L’entraînement s’adapte à l’âge et à la condition physique. Le baby-karaté débute dès 3 ou 4 ans, et l’on trouve des pratiquants septuagénaires. Ainsi, un des intérêts pour les seniors, c’est qu’il n’y a pratiquement pas de chute en karaté et donc pas de risques de fracture.

Officiellement, les enfants peuvent débuter le karaté dès l'âge de 6 ans. Dès 8 ou 9 ans, ils peuvent aborder l'aspect compétition, avec des katas et du travail à deux qui sont notés. La compétition réelle ne commence que vers 11 à 12 ans. Il est rare de pratiquer à un haut niveau au-delà de 32 ans. On peut continuer le combat ensuite, lors " d'assauts courtois ". Pour la pratique des katas, il n'existe pas de limite d'âge supérieur, au contraire.

 

Quel est le rythme d’entrainement conseillé ?

Quant au nombre de cours recommandés pour un débutant, “l’idéal, c’est deux séances par semaine, mais les effets se font sentir même avec une seule séance hebdomadaire”.

L’assiduité et la persévérance sont nécessaires : “Il faut au moins six mois de pratique pour en voir vraiment les bienfaits.”

 

Quels sont les équipements de protection recommandés  ? 

Pour la pratique des katas, aucune protection particulière n'est nécessaire. Lors des combats en salle d'entraînement, le port d'une coquille et d'un protège-dents est vivement conseillé et le port de gants est obligatoire. En compétition, les règles sont encore plus strictes : outre les gants, le protège-dents est obligatoire, la coquille devrait bientôt l’être, le port de protège-tibias, et des protections de dessus de pieds. Enfin, chez l'enfant le port du casque est obligatoire en compétition.